Critique de SteamWorld Quest

Développeur : Image & Form Games
Éditeur : Thunderful Publishing AB

Disponible sur
• Nintendo Switch // 25 avril 2019


➤ Testé sur Nintendo Switch

Malgré le fait que tous les jeux d’Image & Form demeurent dans le même univers, à chaque fois ils arrivent encore à nous surprendre avec un style complètement différent et SteamWorld Quest ne fait pas exception. Cette fois-ci, nous sommes transportés dans un jeu mélangeant « deckbuilding » et RPG. Est-ce que c’est un pari réussi pour Image & Form? C’est ce que nous allons voir à l’instant. Je voudrais aussi remercier Image & Form de nous avoir fourni le jeu pour cette critique.

Toujours dans cet univers steampunk, mais cette fois avec des éléments de fantaisie, nous incarnons Armilly et Copernica, deux robots  qui sont à la recherche d’un champignon spécial dans les bois. À leur retour au village, ils constatent que celui-ci a été attaqué et que la guilde des héros, organisation qui veille sur le village et ses habitants, a disparu. Comme Armilly rêve de faire partie de la guilde, elle se dit que c’est l’occasion rêvée. Elle se lance donc sur la trace des kidnappeurs en amenant Copernica avec elle. Se joint à eux Galleo, qui ne fait que chercher une raison pour sortir du sous-sol de sa mère. Sur votre chemin, vous allez rencontrer des dragons, des magiciens et autres ennemis qui tenteront de vous arrêter. Vous aurez la chance aussi de croiser des alliées qui se joindront à vous afin de vous aider dans cette quête.

Comme mentionné précédemment, SteamWorld Quest est un jeu contenant des éléments de jeu vidéo de rôle. Vous affrontez différents ennemis et suite à ça, vous gagnez des points d’expériences qui vous permettent de monter de niveau. Par contre, vous ne gagnez pas de nouvelles habiletés puisque le système de combat est basé sur une mécanique de « deckbuilding ». Celle-ci est très souvent vue dans les jeux de société, mais un peu moins dans les jeux vidéo. Pour chaque personnage, vous avez une panoplie de cartes disponibles. Vous pouvez en forger avec des ingrédients, en acheter aux marchands ou en trouver dans des coffres. Parmi celles-ci, vous devrez en choisir un total de huit par personnage afin de composer votre paquet de cartes. Vous devrez donc trouver un équilibre entre les cartes d’attaques, de protection et de bonifications. Comme vous pouvez utiliser un maximum de trois personnages à la fois, vous devez aussi vous assurer que ceux-ci se complètent puisqu’ils possèdent tous des cartes disponibles différentes. Si vous subissez une défaite lors d’un combat, c’est qu’il est probable que vous n’avez pas optimisé vos paquets de cartes pour affronter ce type d’ennemie. Ne vous laissez pas berner par l’aspect visuel du jeu, SteamWorld Quest peut être très difficile, surtout si vous jouez au mode de difficulté le plus élevé. Heureusement, vous pouvez sauvegarder votre partie avant chaque combat important.

Le combat n’est pas en temps réel, mais bien en tour par tour. En fait, au début du combat, vous pigez automatiquement un certain nombre de cartes et vous devez en choisir trois que vous utiliserez lors de ce tour. À chaque fois, vous pouvez en retourner deux dans votre paquet afin d’en piger deux nouvelles. Si vos trois cartes viennent du même personnage, vous débloquez une action supplémentaire qui est définie en fonction de l’arme de ce personnage. Aussi, certaines cartes sont améliorées lorsqu’elles sont jouées après celle d’un autre personnage en particulier.  Il est ainsi possible de faire différents combos afin d’augmenter vos dégâts ou pour vous conférer de plus grandes bonifications. Une fois vos cartes jouées, c’est au tour des cartes ennemies de s’exécuter. Un mode accéléré est disponible si vous voulez que les combats se déroulent plus rapidement. En fait, c’est la vitesse de marche des personnages et les animations qui sont accélérées.

Contrairement aux jeux de rôle auxquels nous sommes habitués, celui-ci ne possède pas de monde ouvert. Chaque niveau est isolé et vous aurez la possibilité d’explorer celui-ci afin de trouver tous les coffres. Une fois celui-ci terminé, vous pourrez voir le pourcentage des objets trouvés. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un jeu d’exploration, vous devrez garder l’œil ouvert pour trouver les passages cachés. Ça vaut la peine d’y porter une attention puisque ces coffres contiennent de l’or, des potions, des cartes ou autres objets utiles pour votre aventure. La trame narrative est intéressante et on a envie d’en apprendre plus sur les personnages. Tout comme SteamWorld Dig, ce jeu est rempli d’humour et il ne se prend pas trop au sérieux.

En étant un grand fan de jeux de société et en particulier de jeux de type « deckbuilding », je dois dire que SteamWorld Quest m’a touché directement au cœur. C’est un jeu magnifique qui comprend une mécanique de jeu profonde, mais avec une courbe d’apprentissage assez douce. Par contre, ne vous attendez pas à un jeu de rôle traditionnel dans lequel vous aurez à parler avec des personnages afin de faire avancer vos quêtes, de bâtir un arbre de talents et d’explorer un vaste monde. La personnalisation de votre expérience se situe plutôt au niveau de la composition de votre groupe et de vos paquets de cartes. Si vous êtes quelqu’un qui aime avoir du défi, je vous recommande de commencer directement avec le mode de difficulté élevé puisqu’il vous donnera du fils à retordre sans toutefois être impossible. En plus, vous pouvez changer la difficulté à n’importe quel moment pendant la partie. J’accorde donc un 4,5/5 bien mérité pour SteamWorld Quest. En terminant, je veux saluer la créativité dont fait preuve Image & Form afin de nous ramener dans le SteamWorld tout en nous offrant une expérience renouvelée.


Une critique
par Eric Vallée

Eric Vallée